fbpx

Bourse F1840 x GOYE, céramiste fantaisiste

13 janvier 2021
Article de blogue

Partager

Temps de lecture : 3 minutes

La Fabrique 1840 par Simons, fier partenaire de Quartier artisan depuis leurs débuts, a remis une bourse à trois artisans de notre cohorte 2020 afin de couvrir leurs frais de participation à l’Accélérateur. Notre équipe s’est entretenue avec les trois boursiers au sujet de leur expérience au sein de notre récente cohorte, les projets futurs de leur entreprise ainsi que la manière dont ils entrevoient les tendances à venir en matière de commerce local.  

Stéphanie Goyer-Morin, boursière F1840, est artiste céramiste et fondatrice de GOYE, entreprise qu’elle a démarrée en 2014. L’entrepreneure crée et met sur le marché des objets utilitaires qu’on reconnait à leur design fantaisiste et raffiné. Si vous croisez une tasse avec de mignonnes petites pattes ou un bol à festons dorés, il se peut fort bien qu’ils portent la signature de GOYE. Entrevue avec la céramiste. 

1. Parle-nous de ton passage à L’Accélérateur. Comment s’est-il déroulé sur les plans humain et professionnel?  

« Quelle chance d’avoir participé à l’Accélérateur. Sérieusement, je n’en pouvais plus d’être comme le petit lapin dans Alice au pays des merveilles qui est toujours en retard ! Avec cette année pleine de rebondissements, c’était le moment idéal pour remettre en question toutes mes habitudes et mes stratégies. Aussi, j’ai trouvé l’adaptation à ma nouvelle vie de maman très difficile, pour être honnête. Finalement, grâce à l’Accélérateur, j’ai appris à mieux organiser ma vie professionnelle, ce qui se reflète à tous les jours dans ma vie personnelle. C’est toute la famille qui remercie Quartier artisan de ce que l’Accélérateur m’a apporté. Bien au-delà des chiffres et des stratégies, faire partie de la cohorte 2020 m’a fourni les outils pour faire évoluer ma façon de voir les défis et de réagir aux obstacles. Cette formation me permet grandement de tendre vers un équilibre de vie sain. » 

2. Qu’as-tu appris sur toi-même en tant qu’entrepreneure au terme de ce parcours?  

« Ce qui m’a le plus marqué pendant l’Accélérateur, c’est d’avoir découvert que ma personnalité est autant sociale que solitaire. Ça faisait tellement de sens pour moi de réaliser que j’avais besoin de cet équilibre pour être heureuse dans mon entreprise. J’ai donc changé beaucoup de mauvaises habitudes et j’ai orienté mes objectifs pour respecter ma personnalité avant tout. »

3. Avant d’arriver à l’Accélérateur, quelles facettes de l’entrepreneuriat représentaient un défi pour toi?

« Les ressources humaines étaient un grand défi pour moi. J’ai besoin d’aide à la production depuis longtemps, mais je ne savais pas comment bien déléguer des tâches. Je ne faisais que transmettre mon stress aux assistantes ! Avec l’Accélérateur, j’ai pris le temps d’organiser le travail des assistantes. J’ai séparé et détaillé toutes les tâches à effectuer. Leurs objectifs sont plus clairs et leurs journées mieux structurées. Je me sens plus satisfaite de leur travail et j’arrive à planifier les délais de production avec plus de précision. »

4. Que représente à tes yeux le lien que ton entreprise entretient avec Fabrique 1840? 

« J’ai toujours été très impressionnée par la qualité des produits offerts par Fabrique 1840 et par leur image de marque.  Je suis donc vraiment fière de pouvoir y participer. […]  Leur entente avec les artisans est très juste et ils offrent une visibilité importante au savoir-faire local. Ils aident sincèrement les artisans à propulser le rayonnement de leurs entreprises à travers le Canada. »

5. Quels projets futurs ton entreprise nous réserve-t-elle?  

« Encore plus de projets fous m’attendent, plus de pièces sculpturales et éclatées. Aussitôt que possible, je souhaite préparer des évènements magiques pour présenter tous ces nouveaux projets. Je vais aussi continuer à collaborer avec d’autres artisans. J’ai plusieurs stratégies dans ma petite poche à mettre en place pour me libérer du temps pour la création. »

6. Comment entrevois-tu le futur des entreprises artisanales et de la consommation locale pour les années à venir? 

« Je suis très optimiste pour les artisans […]. L’intérêt de la part des clients est là, il faut seulement les guider et leur offrir une approche qui conjugue simplicité et créativité. Il faut prendre le temps de bien raconter notre histoire et expliquer notre savoir-faire. Ils ont envie de nous écouter et de nous découvrir. »

Découvrez les créations de GOYE disponibles à la Fabrique 1840

Visitez le site internet de GOYE

En savoir plus sur l’Accélérateur des artisans du Québec 

Découvrir les entrevues avec les autres boursiers de la cohorte : Gabrielle Desmarais et Emmanuel Péluchon

Crédit photo : Audrey Mcmahon

Article de blogue

Bourse F1840 x Emmanuel Péluchon, ébéniste écoresponsable

Poursuivre ma lecture