Portraits d’artisans · traverser la crise

12 mai 2020

Partager

Avec les défis qu’entraîne la crise, les artisans sont appelés à faire preuve de résilience en repensant leur stratégie dans le but de remonter la pente, à court et moyen termes. Quartier artisan s’est entretenu avec plusieurs créateurs du Québec afin de mettre en lumière leurs défis actuels, et surtout les stratégies qu’ils déploient. Pour inspirer notre communauté d’artisans d’horizons variés en ces temps particuliers. Nous souhaitons nous montrer solidaire envers les artisans et croyons que le partage de défis et de stratégies contribue à une communauté résiliente et plus unie. 

Portrait #1

Mary-Jo Dorval, designer et entrepreneure
Kid’s Stuff – Trucs d’enfants
Accélérée 2019 

Quel(s) défi(s) professionnels rencontres-tu en ce moment? 

La gestion du fond de roulement est mon plus grand défi présentement, à la fois pour assurer la survie de mon entreprise pour les prochains mois et pour en ressortir plus forte! J’ai donc estimé mon flux de trésorerie pour les mois à venir et j’ai demandé à diminuer ou reporter plusieurs paiements mensuels, travaillé sur mon site web et mis en place de nouveaux canaux de vente qui porteront fruit lorsque la crise sera passée [ndlr : Mary-Jo a complété son profil sur la plateforme faire.com dédiée au marché wholesale notamment pour les États-Unis]. Ces stratégies aideront à maximiser mes revenus, et d’ailleurs je vois déjà le résultat, ça me rend calme et confiante pour la suite!

Et sur le plan personnel? 

Ma capacité d’adaptation est mise à l’épreuve, tout comme la gestion du stress et de la motivation. Côté stratégie, le fait d’avoir mis sur papier mon plan d’action pour mieux le visualiser m’a permis de constater que tout ira bien, et ça a diminué mon stress. Pour ce qui est de la motivation, je me suis permise de la mettre de côté pendant quelques temps et de prendre une pause du travail. Les conférences que j’ai regardées en ligne m’ont aidée à retrouver la motivation en plus de ressortir plus outillée pour gérer mon entreprise en temps de crise.

Quel conseil voudrais-tu donner à tes collègues artisans?  

Vivez ce moment à votre façon. Ne forcez rien et soyez en paix avec les décisions que vous prenez car il n’y a pas de solution miracle. 

Portrait #2 

Caroline Roberge et Benoit St-Jean, ébénistes et entrepreneurs
Le Tenon & la Mortaise
Accélérés 2020
[photo en en-tête]

Quel(s) défi(s) professionnels rencontrez-vous en ce moment?

Notre plus grand défi en ce moment est de trouver du temps pour le design et l’exploration. Nous avons aussi beaucoup de difficulté à intégrer dans notre quotidien les médias sociaux et la présence en ligne. Nous travaillons sur une demande de subvention en recherche et exploration au CALQ pour nous libérer du temps cet été afin de faire de la recherche. J’ai commencé à utiliser le site later.com pour organiser à l’avance les publications facebook et instagram. 

Et sur le plan personnel? 

Le confinement augmente la tension entre le travail et la famille. Même si nous sommes habitués de travailler depuis la maison, il nous faut maintenant trouver un équilibre de temps entre jouer avec notre fils, nous occuper de la maison et avancer nos projets d’atelier.. On essaie de développer une routine de division des tâches le matin pour faire ce qui est important tout en s’occupant de notre fils. Il faut se mettre dans le mindset que c’est correct d’être moins productifs. 

Quel conseil donneriez-vous à vos collègues artisans?

Assumez-vous dans le travail pour lequel vous déployez autant d’énergie et d’amour. C’est important de valoriser ce travail avec une juste rémunération. Aussi, #cavabienaller! Les défis qui se pointent le nez sur notre chemin sont tous surmontables et représentent aussi une opportunité pour apprendre, s’adapter et s’améliorer.

Portrait #3 

Erica Perrot – couturière et entrepreneure
Raplapla
Intervenante auprès de la première cohorte de l’Accélérateur en 2017

Quel(s) défi(s) professionnels rencontres-tu en ce moment? 

S’adapter au changement de rythme qu’imposent les mesures gouvernementales : j’ai perdu la majorité de mes ventes car ma boutique à Montréal est fermée et celle de mes revendeurs aussi. Les gens ne se rencontrent plus pour des showers ou des fêtes de famille où ils auraient pu offrir une de mes peluches, et le service de réparation que nous offrons n’est pas prioritaire par rapport à ce que vivent les gens actuellement. Mes défis sont donc de  trouver des fonds pour payer mes frais fixes, afin que la compagnie survive à la crise et soit prête à redémarrer quand ce sera le temps. 

Et sur le plan personnel? 

Mes défis habituels: trouver l’équilibre entre les millions de choses que j’ai envie de faire en une seule journée et me respecter dans le fait que j’aime travailler lentement et être perfectionniste dans tout ce que j’entreprends. C’est clairement contradictoire (rires). 

Quel conseil donneriez-vous à vos collègues artisans?

Toujours être authentique et boire du vin nature (rires).

Propos recueillis par Jessica Hébert

HISTOIRE D’ARTISANS D’ICI • ANNIE LEGAULT, AMULETTE

Poursuivre ma lecture