Marketing

Clientèle-cible · étude #1

Capsule vidéo

Partager

Dans le cadre de l’édition virtuelle de la Tournée des artisans ayant pour thème Définir sa clientèle-cible : à la base d’un marketing efficace, nous nous sommes entretenus avec les panélistes invités. Quatre études de cas ont été réalisées pour vous inspirer et vous outiller avec les démarches de ces généreux artisans entrepreneurs. 

Courtepointière, Marilyne a fondé l’entreprise Le point visible en 2018. À partir de matières récupérées et surcyclées, elle crée des courtepointes de style moderne dans son atelier de couture situé dans la charmante municipalité de Bedford en Montérégie, où elle évolue au sein de la foisonnante communauté des Bedford Lofts.

Lorsqu’elle a fondé Le point visible, les courtepointes étaient davantage populaires aux États-Unis qu’au Canada. Bien que Bedford se situe à quelques pas des frontières des États-Unis, Marilyn a toutefois trouvé sa clientèle-cible à Montréal. Pour la définir, elle a recours à des personas : « Anabelle », femme âgée de 32 ans, diplômée d’une école de design, représente le premier persona. Au fil des rencontres que la courtepointière a faites avec ses clients dans les événements, au Salon des métiers d’arts notamment, elle a constaté que ses produits étaient davantage achetés par « Isabelle », résidente du quartier de Rosemont, professionnelle établie, âgée de 44 ans.

Elle oriente désormais davantage ses communications vers cette dernière, qui est plus présente sur Facebook qu’Instagram. L’entrepreneure souligne en ce sens l’importance de ne pas couler dans le béton ses personas, de plutôt les adapter dans le temps selon la rétroaction obtenue. 

Aidez-nous à améliorer le contenu

Capsule vidéo

Clientèle-cible · Étude #2

Poursuivre ma lecture